© Site «Gestionnaire03» / Bernard Blanc /2020 /20221 / 2022
Gestion matérielle (6)
Gestion matérielle (6) Gestion administrative I - Prêt de matériel par un EPLE. Les   EPLE   sont   parfois   amenés   à   mettre   à   la   disposition   des   personnels   ou   d’autres   établissements   scolaires   des   matériels.   Le   prêt   de   matériels   affectés   au   service public   d’enseignement   est   possible   dans   la   mesure   ou   cette   mise   à   disposition   est   liée   à   la   réalisation   de   la   mission   du   service   public   de   l’enseignement.   (exemple   prêt de   machine-outil   à   un   autre   établissement   scolaire,   prêt   d’ordinateur   ou   matériels   audio-visuels   pour   la   réalisation   d’un   travail   pédagogique).   Il   convient   de   rappeler   que l’agent comptable est responsable de la conservation matérielle des biens constituant le patrimoine de l’établissement. A télécharger : Modéle de certificat de prise en charge. II - Archives . Le site FranceArchives : règles de gestion et de sélection des archives. Instruction n° 2005-003 du 22/02 /2005 - Encart B.O. n° 24 du 16 juin 2005 Instruction   de   tri   et   de   conservation   pour   les   archives   reçues   et   produites   par   les   services   et   établissements   de   l’éducation   nationale.   Cette   nouvelle   instruction   concerne les archives postérieures à 1970. Les règles de tri et de conservation valent quel que soit le support des archives et en particulier pour les archives électroniques. Tableau d’archivage (le document est joint en format PDF) : - signification du sigle DUA = durée d’utilité administrative ; - signification des lettres de la colonne : sort final des documents : C= versement aux archives départementales ; D = destruction ; T = tri (TS = tri sélectif) Instruction   DPACI/RES/2008/008   du   5   mai   2008   et   Annexe.   Durée   administrative   des   documents   comptables   détenus   par   les   ordonnateurs.   Ce   texte   précise   que l'ordonnateur   doit   garder   les   dossiers     et   documents   comptables   pendant   une   durée   d'utilité   administrative   de   10   ans. A   l'issue   de   cette   durée,   les   documents   comptables peuvent   être     éliminés   dès   lors   que   vous   aurez   obtenu   l'autorisation   préalable     du   Directeur   des Archives   départementales.   Par   contre,   les   budgets   et     comptes   doivent être conserver 10 ans puis versés au Service départemental d'Archives pour y être conservés définitivement. Guide (2019) sur l’archivage applicable aux ordonnateurs et aux comptables dans le cadre de la dématérialisation. Guide (2020) sur les durées de conservation des données personnelles. Délai de conservation des archives d’un EPLE : un document de mars 2006 de l’Académie de Poitiers. Document de Marseille (2009) : les archives des documents budgétaires et comptables. III - Partenariat avec le monde professionnel - neutralité commerciale. Le   respect   du   principe   de   neutralité   commerciale   n’interdit   pas   le   recours   à   des   partenaires   extérieurs   pourvu   que   l’intervention   repose   sur   une   convention   rappelant   les obligations de l’entreprise. Les E.P.L.E. ont la possibilité de nouer des partenariats pour favoriser l’ouverture de l’établissement sur son environnement social, culturel, économique. Les actions du partenariat doivent : - soit s’inscrire dans le cadre des programmes scolaires ; - soit être liés à l’éducation (culture, civisme, santé, etc.) ; - soit favoriser un apport technique (par exemple avec des produits multimédia) ; - soit correspondre à une action spécifique (commémoration, action locale). Préalablement à l’examen de toute proposition d’une entreprise candidate, l’établissement scolaire doit : - recueillir les informations permettant de l’identifier : raison sociale, siège social, dirigeant, etc. ; - s’assurer que la raison sociale et son activité sont susceptibles d’avoir un lien avec l’action pédagogique ; - veiller à ce que les coordonnées de l’établissement ne soient pas cédés à d’autres entreprises pour faire du publipostage ou du démarchage. La   convention   définit   l’objet   de   l’opération,   sa   nature,   sa   durée,   les   obligations   des   cocontractants   et   les   modalités   de   résiliation   afin   d’éviter   des   actions   contentieuses. Dans les E.P.L.E., le chef d’établissement soumet le document au conseil d’administration avant de le signer. Code de l’éducation : articles L.411-3, L 421-7, R421-2, L.511-2 Circulaire n° 2001-053 du 28 mars 2001 : Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire. Une fiche de l’académie de Lille (2011). Note de service no 95-102 du 27 avril 1995 : Conditions de participation du MEN à des concours scolaires et à des opérations diverses. Note de service n° 99-119 du 9 août 1999 : opérations, concours et journées en milieu scolaire Question Ecrite Assemblée Nationale n° 50154 du 26 mai 2009 Principe de neutralité commerciale : CE, 6 novembre 2002, Requête n° 234271 IV - La gratuité . La   gratuité   couvre   l'ensemble   de   la   prestation   d'enseignement   dispensé   à   l'école   et   le   matériel   d’enseignement   à   usage   collectif.   La   scolarité   ne   peut   donner   lieu   au versement   de   droits   d'inscription   à   l'école.   De   même,   aucune   participation   financière   aux   activités   d'enseignement   obligatoires   ne   peut   être   demandée   aux   familles.   Les activités   d'enseignement   obligatoires   sont   celles   qui   se   déroulent   pendant   le   temps   scolaire   et   se   situent   dans   le   cadre   des   programmes   scolaires,   qu'elles   aient   lieu   dans les locaux scolaires ou en dehors, au cours de sorties organisées par l’établissement. Une   note   (2003)   de   l’Inspection   Académique   de   l’Orne   sur   la   question   de   la   gratuité   de   l’enseignement.   Dans   ce   document,   des   réponses   à   plusieurs   questions   que   se posent (ou devraient se poser) les responsables d’EPLE. Cahiers de TD. A   noter,   concernant   le   chapitre   des   manuels   scolaires,   que   les   cahiers   de TD   sont   à   la   charge   des   familles.   CAA   de   Bordeaux,   arrêt   du   13   juin   2013   (n°   12BX01161)   dans lequel   elle   se   contente   de   reprendre   strictement   l'argumentaire   du   Conseil   d'État.   «   …   qu'elles   ne   sauraient   être   interprétées   comme   mettant   à   la   charge   de   l'Etat   la fourniture   des   ouvrages   venant   en   complément,   même   regardé   comme   indispensable   par   le   collège,   de   ces   manuels,   et   destinés   à   une   appropriation   individuelle   par   les élèves ». Sur le sujet la réponse du Ministère à la question écrite n° 02229 relative à l’Acquisition de cahier d'exercices V - Droits d' auteur . Les   droits   d’auteur   correspondent   à   l’ensemble   des   droits   reconnus   aux   artistes-auteurs   sur   leurs   œuvres   de   l’esprit   dès   lors   qu’elles   sont   originales.   Les   modalités d’exploitation des œuvres et les modes de rémunération des artistes-auteurs sont régis par le Code de la propriété intellectuelle. Les droits d’auteur se décomposent en deux types de droits :             -   Les   droits   moraux   qui   correspondent   à   des   droits   non   économiques   et   personnels   à   l’artiste-auteur   (droit   à   la   paternité,   droit   au   respect   de   l’intégrité   de   l’œuvre, droit de divulgation et droit de repentir et de retrait).             -   Les   droits   patrimoniaux   qui   permettent   à   l’artiste-auteur   d’autoriser   ou   d’interdire   l’exploitation   de   ses   œuvres   par   des   tiers   et   de   percevoir   une   rémunération   pour leur exploitation. Un   guide   (juin   2017)   traite   des   questions   juridiques   soulevées   en   droit   de   la   propriété   intellectuelle.   Les   questions   relatives   au   droit   à   l'image   sont   également   envisagées. Les règles du droit d'auteur en tant qu'utilisateur et en tant que créateur d'une œuvre y sont explicitées. Le document a été enrichi des derniers textes en vigueur. Un guide : «Droits d’auteur, droit à l’image à l’ère du numérique». Une page du site de la DAJ, une autre . V.1 - Protection de la propriété intellectuelle et droit à l’image. Comment différencier le droit à l'image de la propriété intellectuelle ? Si   les   personnes   photographiées   sont   mineures,   vous   devez   avoir   l'autorisation   de   leurs   représentants   légaux.   A   l'inverse,   le   fait   qu'une   personne   figure   sur   vos   photos ou vidéos, même si elle en est le sujet principal, ne lui donne aucun droit d'utiliser cette œuvre sans votre autorisation. Lors   de   l’utilisation   de   photographies   et   de   séquences   filmées   d’élèves   à   des   fins   pédagogiques   et   éducatives,   un   document   visant   à   obtenir   l’autorisation   des   parents doit   être   obligatoirement   établi.   En   effet   cette   précaution   est   indispensable   afin   de   respecter   le   droit   à   l’image   qui   est   prévu   par   l’article   9   du   code   civil   qui   dispose   que   « chacun   a   le   droit   au   respect   de   sa   vie   privée   ».   Le   juge   considère   en   effet   que   toute   personne   a,   sur   son   image   et   sur   l’utilisation   qui   en   est   faite,   un   droit   exclusif   qui   lui permet   de   s’opposer   à   sa   reproduction   sans   son   autorisation   »   (CA,   Paris,   23.05.1995,   époux   X   c/   société   Prisma   presse).   De   plus,   il   appartient   à   celui   qui   reproduit l’image   de   prouver   qu’il   a   été   autorisé   à   le   faire   (CA,   Paris,   09.11.1982,   SARL   Société   française   des   revues   c/Dlle   B,   D).   Concernant   précisément   le   formalisme   de l’autorisation,   le   juge   rappelle   régulièrement   que   l’autorisation   de   réaliser   et   de   diffuser   des   photographies   ou   des   films   doit   non   seulement   être   expresse,   mais   également suffisamment   précise.   Ainsi,   le   consentement   des   parents   à   ce   que   leur   enfant   soit   photographié   ne   permet   pas   d’établir   que   ces   derniers   connaissaient   l’utilisation précise   qui   serait   faite   de   l’image   de   leur   fils   et   qu’ainsi   ils   y   auraient   consenti   (CA,   Dijon,   04.04.1995,   SA   Laboratoires   Marrot   c/   Mme   Temgoua).   En   conséquence,   il convient   de   solliciter   d’une   part   l’autorisation   de   filmer   l’élève   ou   l’enseignant   et   d’autre   part,   de   préciser   le   plus   exactement   possible   les   différents   types   d’utilisation   du document. (Source : réponse DAGEFIJ 5 en date du 23 mai 2007). La reproduction d’une œuvre graphique peut-elle constituer une citation, autorisée par le code de la propriété intellectuelle ? Non.   Dans   un   arrêt   du   7   novembre   2006,   la   Cour   de   cassation   rappelle   que   la   reproduction   intégrale   d'une   œuvre,   quel   que   soit   son   format,   ne   peut   s'analyser   comme une   courte   citation.   Cet   arrêt   casse   et   annule   la   décision   de   la   Cour   d'appel,   qui   avait   estimé   que   «   la   reproduction   sous   forme   de   vignette   avec   un   champ   de   vision   plus large,   accompagnant   d'autres   reprographies   d'images   télévisuelles   de   même   format,   peut   être   qualifiée   de   courte   citation   puisqu'elle   sert   à   illustrer,   en   s'y   incorporant,   un texte   critique   et   polémique   ».   Si   l'exception   de   la   courte   citation   s’applique   sans   difficultés   pour   les   œuvres   littéraires   ou   les   articles   de   presse,   il   en   va   différemment   pour la   reproduction   d’une   œuvre   graphique   ou   musicale.   Concrètement,   un   enseignant   n’est   pas   censé   reproduire   sans   autorisation   des   ayants   droits,   une   œuvre   graphique ou musicale, quel que soit son format et même à des fins d'illustration pédagogique. V.2 - Utilisation des oeuvres dans le cadre pédagogique. La page EDUSCOL. Protocole   d'accord   sur   l’utilisation   des   livres,   des   œuvres   musicales   éditées,   des   publications   périodiques   et   des   œuvres   des   arts   visuels   à   des   fins   d'illustration   des activités d'enseignement et de recherche. Avenant au protocole (26/12/2019). Parution   de   la   lettre   d’information   juridique   n°   205   de   mars   2019.   On   notera,   entre   autres   décisions,   qu’une   note   DAJ   n°   2018-101   du   11   octobre   2018   rappelle concernant   la   diffusion   d’œuvres   cinématographiques   en   classe   par   des   enseignants,   que   seule   l’utilisation   d’extraits   d’œuvres   à   des   fins   exclusives   d’illustration   dans   le cadre   de   l’enseignement   et   de   la   recherche   et   à   l’exclusion   de   toute   activité   ludique   ou   récréative   est   admise.   Pour   des   DVD   achetés   dans   le   commerce   il   convient   de préciser   que   l’accord   du   4   décembre   2009   limite   cette   diffusion   à   des   extraits   dans   les   conditions   suivantes   :   en   cas   d’utilisation   d’un   seul   extrait,   sa   durée   doit   être   limitée à   10   %   de   la   durée   totale   de   l’œuvre   intégrale   ;   en   cas   d’utilisation   de   plusieurs   extraits   d’une   même   œuvre,   la   durée   cumulée   de   ces   extraits   ne   peut   excéder   six minutes.   La   projection   en   classe   d’une   œuvre   audiovisuelle   ou   cinématographique   au-delà   de   ces   limites   (notamment   pour   des   œuvres   intégrales   inscrites   aux programmes   des   examens)   suppose,   sinon   de   demander   l’autorisation   de   l’auteur   de   l’œuvre   ou   de   ses   ayants   droit,   du   moins   d’utiliser   un   support   acquis   auprès   de centrales d’achat spécialisées dans l’accomplissement de ces démarches. V.3 - Rémunération des droits d’auteur. Voir la page «intervenant extérieur». Une circulaire académique de 2020 sur les modalités de rémunération des artistes-auteurs intervenant en EPLE. V.4 - Reproduction par reprographie d’oeuvres protégées. La   diffusion   de   copies   d’œuvres   protégées   aux   élèves   en   complément   du   cours   de   l’enseignant   constitue   une   pratique   pédagogique   répandue.   Mais   pour   être   licites,   ces reproductions   doivent   respecter   le   droit   d’auteur   en   faisant   l’objet   d’une   autorisation.   Concernant   la   photocopie,   des   accords   conclus   avec   les   ministères   de   l’Éducation nationale et de l’Agriculture, ou avec des fédérations de l’enseignement privé, ont adopté le contrat type qui doit être signé par chaque établissement. En   ce   qui   concerne   les   usages   numériques   d’extraits   de   publications,   un   accord   conclu   avec   le   Ministère   de   l’Éducation   Nationale   (MEN)   couvre   l’ensemble   des   collèges et des lycées publics et privés sous contrat. Le site de référence : le CFC (Centre Francais d’Exploitation du Droit de Copie). On   y   trouve   le   contrat   établissement,   les   notices   explicatives,   le   formulaire   de   déclaration,   etc…   En   principe   la   déclaration   annuelle   et   le   contrat   sont   des   PJ   à   produire avec le mndat concerné. V.5 - Prêt par les CDI et rémunération des auteurs ( SOFIA ). La   SOFIA   est   l’organisme   qui   a   été   agréé   par   le   ministère   de   la   Culture   pour   la   gestion   collective   du   droit   de   prêt   en   bibliothèque,   rémunération   qui   est   répartie   à   parts égales entre les auteurs et leurs éditeurs. Le site de la SOFIA. Un guide . Réf : courrier n° 07-039 du MEN (DAJ A1) adressé aux recteurs d’académies. La   loi   n°   2003–517   du   18   juin   2003,   codifiée   au   chapitre   III   du   code   de   la   propriété   intellectuelle   a   mis   en   place   une   rémunération   des   auteurs   dont   les   oeuvres   sont prêtées   par   les   bibliothèques   accueillant   du   public.   Conformément   à   l’article   L.   133-3   du   code   de   la   propriété   intellectuelle,   cette   rémunération   comprend   une   part   versée par l’Etat, pour laquelle les bibliothèques scolaires ne sont pas prises en compte, et une part versée par les fournisseurs (prélèvement de 6 % sur le prix public). En   vertu   de   l’article   L.133-4   du   code   de   la   propriété   intellectuelle,   cette   rémunération   fait   l’objet   d’une   répartition   entre   les   auteurs   et   les   éditeurs   «   à   raison   du   nombre d’exemplaires   des   livres   achetés   chaque   année,   pour   leurs   bibliothèques   accueillant   du   public   pour   le   prêt,   par   les   personnes   morales   mentionnées   au   troisième   alinéa (2°)   de   l’article   3   de   la   loi   n°   81-766   du   10   août   1981,   déterminé   sur   la   base   d’informations   que   ces   personnes   et   leurs   fournisseurs   communiquent   à   la   ou   aux   sociétés mentionnées à l’article L. 133-2 » L’article   R.133-1   du   code   de   la   propriété   intellectuelle   définit   les   bibliothèques   concernées.   Il   s’agit   des   bibliothèques   des   collectivités   territoriales,   des   bibliothèques   des établissements   relevant   de   l’enseignement   supérieur,   des   bibliothèques   des   comités   d’entreprise   ainsi   que   «   toute   autre   bibliothèque   ou   organisme   mettant   un   fonds documentaire   à   la   disposition   d’un   public,   dont   plus   de   la   moitié   des   exemplaires   de   livres   acquis   dans   l’année   est   destinée   à   une   activité   organisée   de   prêt   au   bénéfice d’usagers   inscrits   individuels   ou   collectifs   »,   étant   entendu   que   la   notion   de   prêt,   au   sens   de   ces   dispositions   ,   se   distingue   de   la   mise   à   disposition   à   des   fins   de consultation sur place Lorsqu’un   EPLE   dispose   d’un   centre   de   documentation   et   d’information   (CDI)   ou   d’une   bibliothèque   scolaire   qui   répond   à   ces   conditions,   il   doit   déclarer   les   achats   de livres   réalisés   pour   le   CDI   ou   la   bibliothèque   scolaire   auprès   de   la   société   française   des   intérêts   des   auteurs   (SOFIA),   qui   a   pour   mission   d’organiser   la   répartition   de   la rémunération conformément à l’article L.133-4 du code de la propriété intellectuelle. En   conséquence   il   vous   appartient,   d’une   part,   d’informer   les   chefs   d’établissement   de   votre   académie   de   cette   obligation   qui   n’entraîne   pour   les   établissements   aucune charge   financière,   d’autre   part,   de   les   assister   pour   déterminer   si   leur   CDI   ou   bibliothèque   scolaire   répond   ou   non   aux   critères   définis   par   l’article   R.133-1   du   code   de   la propriété intellectuelle. Chaque   EPLE   dont   le   CDI   ou   la   bibliothèque   scolaire   destine   plus   de   la   moitié   de   ses   ouvrages   à   une   activité   de   prêt   devra   alors   répondre   à   la   SOFIA   en   lui   fournissant les   éléments   demandés   relatifs   aux   achats   des   livres,   notamment   l’identité   du   fournisseur   et   le   montant   de   l’achat.   Ces   déclarations   peuvent   s’effectuer   en   ligne   sur   le site de la SOFIA, à l’adresse www.la-sofia.org . Pour être complet sur le sujet, un message du 05/07/07 de la DAF A3 du ministère : " La   direction   des   affaires   juridiques   du   MENESR   nous   a   confirmé   que   les   manuels   scolaires   mis   à   disposition   des   élèves   par   les   établissements   chaque   année   étaient exclus des achats concernés par la déclaration des CDI à la société française des intérêts des auteurs de l'écrit (SOFIA). En   effet,   conformément   à   l'article   L.133-4   du   code   de   la   propriété   intellectuelle,   qui   précise   que   la   rémunération   due   au   titre   du   droit   de   prêt   fait   l'objet   d'une   répartition entre les auteurs et les éditeurs, les informations que doivent fournir les établissements concernent les livres achetés pour les CDI ou bibliothèques scolaires. Il   est   à   cette   occasion   précisé   que   l'obligation   de   déclaration   incombe   à   l'acquéreur   des   ouvrages   concernés.   En   conséquence,   si   une   collectivité   territoriale   souhaite acheter   des   livres   dans   le   but   de   les   donner   à   une   bibliothèque   scolaire   qui   répond   aux   critères   énoncés   par   l'article   R   133-1   du   code   de   la   propriété   intellectuelle,   il appartient   à   cette   collectivité   de   déclarer   ces   acquisitions   à   la   SOFIA.   La   collectivité   peut   éventuellement   demander   à   la   bibliothèque   de   déclarer   l'achat   des   ouvrages   à condition de lui transmettre les factures ou tout autre document utile. " VI - RGPD . Depuis   le   25   mai   2018   est   entré   en   vigueur   le   Règlement   général   sur   la   protection   des   données   (RGPD),   nouveau   cadre   européen   concernant   le   traitement   et   la circulation   des   données   à   caractère   personnel.   Le   RGPD   simplifie   les   démarches   et   renforce   ainsi   les   responsabilités   des   organismes   qui   doivent   assurer   une   protection optimale des données à caractère personnel. Les   données   à   caractère   personnel   sont   des   informations   se   rapportant   à   une   personne   vivante   identifiée   ou   identifiable.   Différentes   informations,   dont   le   regroupement permet d’identifier une personne en particulier, constituent également des données à caractère personnel. Des   données   à   caractère   personnel   qui   ont   été   rendues   anonymes,   chiffrées   ou   pseudonymisées,   mais   qui   peuvent   être   utilisées   pour   identifier   à   nouveau   une   personne constituent toujours des données à caractère personnel et sont couvertes par le RGPD. Les   données   à   caractère   personnel   rendues   anonymes   de   telle   manière   que   la   personne   ne   soit   pas   ou   plus   identifiable   ne   constituent   plus   des   données   à   caractère personnel. Pour qu’une donnée soit véritablement rendue anonyme, le processus d’anonymisation doit être irréversible. Le   RGPD   protège   les   données   à   caractère   personnel   indépendamment   de   la   technologie   utilisée   pour   le   traitement   de   ces   données   –   elle   est   «neutre   sur   le   plan technologique»   et   s’applique   au   traitement   automatisé   et   manuel,   à   condition   que   les   données   soient   organisées   selon   certains   critères   prédéterminés   (par   exemple: ordre   alphabétique).   La   législation   protège   également   les   données   indépendamment   de   la   méthode   utilisée   pour   les   conserver   –   dans   un   système   informatique,   au moyen   de   la   surveillance   vidéo,   ou   sur   papier.   Dans   tous   les   cas,   les   données   à   caractère   personnel   sont   soumises   aux   exigences   en   matière   de   protection   énoncées dans le RGPD. Un   guide   (2018)   édité   par   Réseau   Canopé   a   pour   ambition   d’aider   à   répondre   aux   questions   qui   se   posent   dans   les   EPLE   et   à   mettre   en   œuvre   toutes   les   mesures techniques et organisationnelles pour garantir et prouver que le traitement des données est conforme et sécurisé. La page du site EDUSCOL. Vademecum pour la mise en place du RGPD dans les EPLE. Rapport (2018) sur les données numériques à caractère personne au sein de l’éducation nationale. Guide (2018) fait par Microsoft pour le RGPD dand les EPLE. Guide de la CNIL sur la sécurité des données personnelles. VII - Vidéo-surveillance . Vidéoprotection,   vidéosurveillance,   c'est   quoi   la   différence   ?   Les   dispositifs   de   vidéoprotection   filment   la   voie   publique   et   les   lieux   ouverts   au   public   :   rue,   gare,   centre commercial,   zone   marchande,   piscine   etc.   Les   dispositifs   de   vidéosurveillance   filment   les   lieux   non   ouverts   au   public   :   réserve   d'un   magasin,   entrepôts,   copropriété fermée etc. Dans tous les cas, les dispositifs doivent être conformes aux règles protectrices des données personnelles. Ainsi et notamment : - Les personnes filmées doivent être informées de leur droit d'accès aux images. - Les images doivent être conservées pendant une durée limitée. La vidéosurveillance – vidéoprotection dans les établissements scolaires. Une   fiche   (2012)   de   la   CNIL   sur   la   vidéo   en   établissement   scolaire   ;   cet   organisme   rappelle   par   ailleurs   dans   un   communiqué   du   30   mai   2011   certaines   règles   en   matière de vidéo surveillance notamment pour les EPLE. Une page (2019) du site de la CNIL fait le point sur cette installation éventuelle. Une mise en demeure de la CNIL pour des EPLE ne respectant pas les règles. On   notera   que   si   les   caméras   filment   l’intérieur   de   l’établissement   scolaire,   aucune   formalité   auprès   de   la   CNIL   n’est   nécessaire.   Si   les   caméras   filment   les   abords   de l’établissement et en partie la voie publique, le dispositif doit être autorisé par le préfet du département. Dans   un   collège   et   un   lycée,   la   mise   en   place   de   caméras   relève   d’une   décision   du   chef   d’établissement,   après   délibération   du   conseil   d’administration   compétent   sur   les questions relatives à la sécurité. Le chef d’établissement doit informer le délégué à la protection des données du rectorat de son académie. VIII - Accès aux documents administratifs. Un article sur l’accès aux documents administratifs. Le   Conseil   d’État   a   reconnu   le   caractère   de   «   liberté   publique   »   à   la   liberté   d’accès   aux   documents   administratifs   (CE,   29   avril   2002,   U.,   n°   228830)   :   par   conséquent, seule   la   loi   peut   en   définir   les   contours   et   limites,   c’est-à-dire   les   administrations   concernées,   les   documents   soumis   au   droit   d’accès   ainsi   que   les   restrictions   et   secrets opposables   aux   demandeurs.   Par   son   interprétation   de   la   loi,   le   juge   administratif,   qui   ne   peut   être   saisi   en   la   matière   qu’après   recours   préalable   auprès   de   la commission d’accès aux documents administratifs (Cada), contribue à définir la portée exacte du principe de libre accès. Le   site   de   la   CADA.   La   Commission   d’accès   aux   documents   administratifs   est   une   autorité   administrative   indépendante   chargée   de   veiller   à   la   liberté   d’accès   aux documents   administratifs   et   aux   archives   publiques   ainsi   qu’à   la   réutilisation   des   informations   publiques.   Elle   peut   être   saisie   par   les   personnes   (physiques   ou   morales) qui   se   sont   vues   opposer   une   décision   défavorable   en   matière   d’accès   aux   documents   administratifs   ou   de   réutilisation   des   informations   publiques.   La   commission   peut aussi être saisie, à titre de conseil, par les administrations sollicitées en ces matières. Le site «Service-public». Le site du ministère de l’Intérieur. Dès   lors   qu'aucun   obstacle   technique   ne   s'y   oppose,   la   communication   de   documents   administratifs   sur   support   informatique   s'impose   si   le   requérant   le   demande.   CE,   17 février 2010, n° 289389. A   noter   que   l’article   2   de   la   loi   du   17   juillet   1978   prévoit   expressément   que   «   l’administration   n’est   pas   tenue   de   donner   suite   aux   demandes   abusives,   en   particulier   par leur nombre, leur caractère répétitif ou systématique ». La CADA précise les conditions : voir le texte . Application de la règle « le silence de l’administration vaut acceptation ». Mise en œuvre : Circulaire du 12 novembre 2014 et règles à suivre , notamment concernant la réception de la demande. Exceptions : La   loi   n°   2013-1005   du   12   novembre   2013   habilitant   le   Gouvernement   à   simplifier   les   relations   entre   l’administration   et   les   citoyens   a   inversé   le   principe   de   l’article   21   de la   loi   n°   2000-321   du   12   avril   2000   selon   lequel   le   silence   gardé   pendant   deux   mois   par   l’administration   sur   une   demande   vaut   décision   implicite   de   rejet.   À   partir   du   12 novembre   2014   pour   l’État   et   ses   établissements   publics,   et   du   12   novembre   2015   pour   les   collectivités   territoriales   et   à   leurs   établissements   publics   (donc   les   EPLE),   le silence   gardé   pendant   deux   mois   vaudra   décision   d’acceptation.   L’article   21   de   la   loi   du   12   avril   2000   prévoit   des   exceptions,   soit   au   délai   de   deux   mois,   soit   au   fait   que   le silence vaille décision d'acceptation. Certaines de ces exceptions sont contenues dans l'article 21, d'autres peuvent être décidées par décret en Conseil d'État. Plusieurs décrets ont été publiés en ce sens au JO du 1er novembre 2014 : décret n°2014-1274 , décret 2014-1275 . Pour   faciliter   l'information   du   public   est   proposé   sur   le   site   internet   «   Service-public.fr   »   un   service   de   recherche   en   ligne.   Cet   outil   permet   de   renseigner   le   public   sur   les démarches   pour   lesquelles   le   silence   gardé   sur   une   demande   vaut   décision   d'acceptation.   La   liste   des   démarches   présentée   par   le   moteur   de   recherche   n'est   donnée qu'à titre indicatif. Ce service en ligne s'adresse aux particuliers, aux professionnels et aux associations. Laïcité. La   laïcité   n'est   pas   une   religion.   Ce   terme   définit   la   liberté   de   croire   en   une   religion,   ou   en   une   autre. Ainsi   que   la   liberté   de   ne   croire   en   aucune   religion,   et   même   celle   de changer   de   conviction.   Quelle   que   soit   votre   croyance   (et   qu'elle   existe   ou   non),   la   laïcité   vous   rend   égaux   devant   la   loi.   Elle   implique   une   notion   essentielle   de   respect d'autrui et des règles intrinsèques à la citoyenneté. L'école   publique   se   doit   d'être   laïque   pour   respecter   la   loi.   Elle   doit   donc   respecter   les   croyances   et   enseigner   la   liberté   de   croire   ou   non.   De   fait,   elle   n'a   pas   le   droit   de faire   de   prosélytisme,   ni   de   donner   une   instruction   religieuse.   Le   principe   de   laïcité   doit   permettre   aux   élèves   de   construire   leur   esprit   critique   et   d'acquérir   les   règles   de   la vie   en   société.   Du   côté   des   élèves,   la   laïcité   implique   que   ceux-ci   suivent   l'intégralité   des   enseignements   et   ne   portent   pas   de   signes   religieux   ostensibles   à   l'école. L'objectif est de faire de l'école un lieu neutre, qui ne prend parti pour aucune religion, à l'image de l'Etat. Le site du ministère sur la laicité. Des outils pour présenter et expliquer la laicité sur le site EDUSCOL. Obligation de neutralité des agents publics. D’origine   jurisprudentielle   (CE,   sect.   3   mai   2000,   n°   217017,   Mlle   Marteaux),   l’obligation   de   neutralité   des   agents   publics   a   été   consacrée   par   le   législateur   au   travers   de la   loi   du   20   avril   2016   relative   à   la   déontologie   et   aux   droits   et   obligations   des   fonctionnaires,   modifiant   l’article   25   de   la   loi   n°   83-634   du   13   juillet   1983.   Ainsi,   dans l’exercice   de   ses   fonctions,   l’agent   public   est   tenu   à   l’obligation   de   neutralité.   Il   exerce   ses   fonctions   dans   le   respect   du   principe   de   laïcité.   À   ce   titre,   il   s’abstient notamment   de   manifester,   dans   l’exercice   de   ses   fonctions,   ses   opinions   religieuses.   L’obligation   de   neutralité   va   au-delà   des   manifestations   religieuses,   elle   implique également une neutralité politique liée à l’obligation de réserve. Loi   n°   2004-228   du   15   mars   2004   encadrant,   en   application   du   principe   de   laïcité,   le   port   de   signes   ou   de   tenues   manifestant   une   appartenance   religieuse   dans   les écoles, collèges et lycées publics. Réponse du ministère au Sénat (2015). Charte de la laïcité à l’école : circulaire n° 2013-144 du 6 septembre 2013. BOEN n° 33 du 12/09/13, avec l’affiche. Loi   n°   2010-1192   du   11   octobre   2010   interdisant   la   dissimulation   du   visage   dans   l'espace   public   ;   art.1   :   " nul   ne   peut,   dans   l'espace   public,   porter   une   tenue   destinée   à dissimuler son visage. " L'espace public " est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public. " Transaction. Le décret du 26 octobre 2012 modifiant le code de l’Education a donné la possibilité pour le CA d’autoriser le chef d’établissement à faire des transactions pour régler les litiges. Le code de l'éducation consacre désormais la possibilité pour les EPLE de recourir à la transaction : - Art R421-20 : "En qualité d'organe délibérant de l'établissement, le conseil d'administration, sur le rapport du chef d'établissement, autorise la conclusion de transactions" - Art R421-9 : "En qualité d'organe exécutif de l'établissement, le chef d'établissement représente l'établissement en justice et dans tous les actes de la vie civile. Après avoir recueilli l'autorisation du conseil d'administration, il conclut les transactions". Une instruction ministérielle 10-009-M0 du 12 avril 2010 précise les aspects comptables et financiers des conventions de transaction vient d’être publiée ; elle « a pour objet de rappeler les principes généraux de la transaction [et] d’expliciter l’attitude à tenir par les comptables publics amenés à en assurer l’exécution financière ». Circulaire du 6 avril 2011 relative au développement du recours à la transaction pour régler à l’amiable les conflits. Voir aussi la rubrique marchés publics. Un exemple de transaction. Drapeaux - Pavoisement des EPLE - Devise de la République. Apposition   de   la   devise   de   la   République   et   des   drapeaux   tricolore   et   européen   sur   la   façade   des   établissements   d'enseignement..   Une   question   écrite   au   Sénat (n°08871) et la réponse ministérielle de mars 2016. L'article L. 111-1-1 du code de l’Education : «   La   devise   de   la   République,   le   drapeau   tricolore   et   le   drapeau   européen   sont   apposés   sur   la   façade   des   écoles   et   des   établissements   d'enseignement   du   second   degré publics   et   privés   sous   contrat.   La   Déclaration   des   droits   de   l'homme   et   du   citoyen   du   26   août   1789   est   affichée   de   manière   visible   dans   les   locaux   des   mêmes   écoles   et établissements. » Cet   article,   créé   par   la   loi   du   8   juillet   2013   dispose   que   les   drapeaux   français   et   européen   doivent   figurer   au   fronton   des   EPLE   et   la   déclaration   des   droits   de   l’homme   de 1789   être   affichée   de   manière   visible   dans   les   locaux.   Pour   les   drapeaux   il   est   facile   d’en   trouver   pour   une   vingtaine   d’euros   sur   divers   catalogues   et   un   support   pour moins de trente euros. Pour la déclaration, internet et une imprimante couleur devrait faire l’affaire. Pour la devise en façade, il convient de s’adresser à la collectivité. Maintenant   que   vous   avez   les   drapeaux,   comment   les   organiser.   Il   y   a   des   règles   de   protocole   à   suivre.   Le   pavoisement   des   édifices   aux   couleurs   de   l'Europe   est possible,   dès   lors   qu'il   se   fait   en   association   avec   les   couleurs   françaises   (décret   du   4   mai   1963)   et   à   condition   que   le   drapeau   européen   soit   placé   à   droite   du   drapeau français   (donc   vu   à   gauche   de   celui-ci   en   regardant   l'édifice   public).   Le   drapeau   utilisé   sera   celui   adopté   en   1955   par   le   Comité   des   ministres   du   Conseil   de   l'Europe   : douze étoiles sur champ d'azur. Extrait   d’un   site   sur   le   sujet   :   Le   drapeau   tricolore   français   est   le   seul   emblème   qu'il   convient   d'arborer   sur   les   bâtiments   publics   pour   la   célébration   des   fêtes   nationales. Toutefois,   le   pavoisement   des   édifices   aux   couleurs   de   l'Europe   est   possible,   dès   lors   qu'il   se   fait   en   association   avec   les   couleurs   françaises   (décret   du   4   mai   1963)   et   à condition   que   le   drapeau   européen   soit   placé   à   droite   du   drapeau   français   (donc   vu   à   gauche   de   celui-ci   en   regardant   l'édifice   public).   Le   drapeau   utilisé   sera   celui   adopté en   1955   par   le   Comité   des   ministres   du   Conseil   de   l'Europe   :   douze   étoiles   sur   champ   d'azur.   Lors   de   cérémonies   publiques,   des   drapeaux   d'autres   États   peuvent,   avec l'accord   de   l'organisateur   être   suspendus   en   haut   de   mâts   ou   portés   par   des   acteurs   désignés.   Leur   utilisation   doit   toujours   être   accompagnée   du   drapeau   national.   Il n'existe   aucune   règle   de   préséance   entre   les   drapeaux   d'États   étrangers.   Si   besoin   est,   il   est   recommandé   de   classer   ces   drapeaux   par   ordre   alphabétique   du   pays (selon   le   nom   porté   par   celui-ci   dans   sa   langue   d'origine).   En   présence   d'autres   drapeaux,   le   drapeau   tricolore   doit   occuper   une   place   d'honneur.   Celle-ci   peut   différer   en fonction   de   la   configuration   du   dispositif   :   deux   drapeaux   (le   drapeau   se   trouvant   à   la   place   d'honneur   est   situé   à   droite)   ;   trois   drapeaux   (la   place   d'honneur   est   au   centre) ;   plus   de   trois   drapeaux   (ils   sont   disposés   sur   des   mâts   distincts   et   d'égale   hauteur   dans   l'ordre   alphabétique   ;   la   place   d'honneur   est   au   bout   de   la   file,   à   la   gauche   de l'observateur) ; rangées de drapeaux séparées par une allée (le drapeau tricolore est pavoisé à chaque extrémité). Une FAQ : y a t’il absolue nécessité de pavoiser les EPLE lors des journées commémoratives officielles ? Aucun   texte   législatif   ou   réglementaire   ne   fixe   les   règles   du   pavoisement   des   bâtiments   et   édifices   publics.   Seuls   l'usage   et   la   tradition   républicaine   sont   pris   en considération. Lire la réponse complète à une question parlementaire. « Pour une école de la confiance ». La   loi   n°   2019-791   du   26   juillet   2019   modifie   un   certain   nombre   d’articles   du   code   de   l’Education.   Parmi   eux   on   peut   notamment   en   citer   deux   qui   vont   nécessiter   de   petits investissements pour être en règle : « Art.   L.   111-1-2.   -   L'emblème   national   de   la   République   française,   le   drapeau   tricolore,   bleu,   blanc,   rouge,   le   drapeau   européen,   la   devise   de   la   République   et   les   paroles de   l'hymne   national   sont   affichés   dans   chacune   des   salles   de   classe   des   établissements   du   premier   et   du   second   degrés,   publics   ou   privés   sous   contrat.   ».   Il   est   sans doute possible de faire son propre document A4 ou A3 puis de photocopier et plastifier le cas échéant pour le nombre de salles » «   Art.   L.   111-1-3.   -   Lorsqu'une   carte   de   France   est   affichée   dans   une   salle   de   classe   d'un   établissement   du   premier   ou   du   second   degré,   elle   représente   les   territoires français d'outre-mer ».
08/22

Imprimés - modèles